IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Brad Smith de Microsoft : les entreprises américaines traversent une « nouvelle période » au cours de laquelle moins de personnes entrent sur le marché du travail

Le , par Stéphane le calme

35PARTAGES

10  0 
Les entreprises américaines traversent une « nouvelle période » au cours de laquelle moins de personnes entrent sur le marché du travail et la pression pour payer des salaires plus élevés pourrait être maintenue, a déclaré le président de Microsoft Corp, Brad Smith, à Reuters à l'occasion d'une interview.

Au siège social du fabricant de logiciels à Redmond, dans l'État de Washington, Smith a mis en évidence une source de ce qu'il a appelé les « turbulences financières plus importantes » de l'époque. Sur son lieu de travail, il s'est dirigé vers un écran tactile et a affiché une collection de graphiques, montrant comment le développement de la population a chuté aux États-Unis, en Europe, en Chine et au Japon.

La croissance d'environ 5 millions de personnes augmentant le nombre d'habitants américains en âge de travailler tous les cinq ans depuis 1950 a changé : entre 2016 et 2020 cette croissance a ralenti à 2 millions, et ralentit encore davantage, a déclaré Smith à la fin de la semaine dernière, citant les données des Nations Unies. Les principaux marchés à l'étranger ont vu la pression sur la main-d'œuvre diminuer carrément.

« Cela aide à expliquer en partie pourquoi vous pouvez avoir une faible croissance et une pénurie de main-d'œuvre au plus haut en même temps. Il n'y a tout simplement pas autant de personnes qui entrent sur le marché du travail », a déclaré Smith, qui aide à superviser l'entreprise d'une capitalisation boursière de près de 2*000 milliards de dollars, qui vend des services cloud-computing aux grandes entreprises.

Les mesures de relance du gouvernement pendant la pandémie, les préoccupations liées au COVID-19, la garde d'enfants et d'autres facteurs ont également contribué à la pénurie de main-d'œuvre actuelle.

Des dirigeants, dont Mark Zuckerberg, directeur général de la société mère de Facebook Meta Platforms Inc, se sont récemment inquiétés de l'économie. Zuckerberg a averti que les États-Unis pourraient être confrontés à « l'un des pires ralentissements que nous ayons vus dans l'histoire récente », bien que Smith ait estimé qu'il serait prématuré de déclarer une récession inévitable.

Les entreprises technologiques, grandes et petites, ont ralenti leurs plans d'embauche ou annoncé des réductions d'effectifs ces derniers mois afin de résister à une éventuelle récession économique, que les banques centrales tentent de conjurer en augmentant les taux d'intérêt. Meta Platforms, la société mère de Facebook, a diminué son objectif d'ajout d'ingénieurs logiciels cette année de 10 000 à environ 6 000 à 7 000. La division de vente au détail d'Amazon a également réduit son objectif d'embauche pour 2022. Tesla a annoncé le 14 juillet qu'ell licenciait 229 employés chargés de l'annotation des données qui font partie de la grande équipe Autopilot de l'entreprise et ferme le bureau de San Mateo, en Californie, où ils travaillaient, selon un dépôt réglementaire californien. L’entreprise de technologie de conduite autonome dont le siège social est situé à Pittsburgh.

Cette évolution a rendu les investisseurs moins intéressés par les actions orientées vers la croissance telles que Microsoft, dont les actions ont baissé d'environ 22 % depuis le début de l'année, alors que l'indice plus large S&P 500 a baissé de 19 % sur la même période.

Aussi, en concurrence pour un nombre limité de travailleurs, Microsoft a récemment augmenté les salaires tout en ralentissant les embauches, ont déclaré des responsables de l'entreprise. Le fabricant de logiciels a également supprimé un petit pourcentage d'emplois liés au début de son nouvel exercice.

« Aujourd'hui, nous avons notifié à un petit nombre d'employés que leurs rôles ont été éliminés », a déclaré un porte-parole de Microsoft. C'était le résultat d'un réalignement stratégique et, comme toutes les entreprises, nous évaluons notre activité de manière régulière. Nous continuons à investir dans certains domaines et à augmenter nos effectifs dans l'année à venir ».

Smith a déclaré que l'activité de Microsoft de vente des outils de productivité, des services cloud et des technologies avec intelligence artificielle, dont les entreprises pourraient avoir besoin en cas de ralentissement, la prépare à faire face aux défis économiques. La société a récemment fait l'objet d'un examen antitrust en Europe, et Smith a déclaré que Microsoft avait jusqu'en octobre pour « finaliser la mise en œuvre » des changements qu'il avait promis.

Les données du ministère américain du Travail de juin ont montré que les employeurs avaient globalement continué à augmenter les salaires et à embaucher plus de travailleurs que prévu. La participation à la population active a cependant diminué pour la deuxième fois en trois mois, à 62,2 %, ne montrant aucune amélioration persistante depuis le début de 2022.


La baisse de la natalité, un sujet plusieurs fois abordé par Elon Musk

La croissance démographique est devenue un sujet brûlant dans l'industrie technologique. Le PDG de Tesla Inc, Elon Musk, a particulièrement attiré l'attention sur le faible taux de natalité aux États-Unis. Pour Musk, si la crise démographique ne s'atténue pas, il n'y aura pas assez de monde pour Mars : « S'il n'y a pas assez de monde pour la Terre, il n'y en aura certainement pas assez pour Mars »


« Nous devrions être beaucoup plus inquiets de l'effondrement de la population » a-t-il continué.

Ce n'est pas la première fois que Musk partage ses inquiétudes concernant la baisse du taux de natalité. En décembre 2021, il a déclaré qu'à moins que les gens n'aient plus d'enfants, « la civilisation va s'effondrer ». « Je pense que l'un des plus grands risques pour la civilisation est le faible taux de natalité et la baisse rapide du taux de natalité ».

Plus tôt ce mois-ci, il a déclaré qu'il « Fait de mon mieux pour aider la crise de la sous-population. L'effondrement du taux de natalité est de loin le plus grand danger auquel la civilisation est confrontée ».


Smith a dit qu'il était d'accord avec Musk « peut-être dans le problème [de la natalité]. Je ne recommande pas la même solution ».

Selon la Banque mondiale, le taux de natalité dans le monde est en baisse constante depuis 1960. Les incertitudes économiques provoquées par la pandémie de COVID-19 ont accéléré la tendance à la baisse des taux de natalité, a écrit Darrell Bricker, PDG d'Ipsos, une société d'études de marché sur le site Web du Forum économique mondial :

« De nos jours, la plupart des enfants sont des enfants désirés ou planifiés, en particulier dans le monde développé. Décider d'avoir un bébé dépend de l'optimisme quant à l'avenir - et l'optimisme est difficile à avoir pendant une pandémie mondiale. En fait, le Brookings Institute estime que 300 000 bébés ne sont pas nés aux États-Unis en raison de l'insécurité économique liée à la pandémie.

« Serait-ce un phénomène à court terme prêt à être corrigé ? Peut-être. Certains analystes prévoient un mini baby-boom une fois que les vaccins seront largement disponibles et que les restrictions seront levées. Mais même un mini baby-boom est peu susceptible de compenser entièrement le déclin. L'expérience montre que lorsqu'un couple diffère d'avoir un enfant, pour quelque raison que ce soit, il ne le fait généralement pas plus tard. Le bébé à naître reste à naître.

« Une baisse de la fécondité n'est qu'une des façons dont la pandémie supprime la croissance démographique dans de nombreux pays développés. L'autre : les frontières fermées. En 2020, l'Australie a enregistré son premier déclin démographique depuis la Première Guerre mondiale, en raison de contrôles aux frontières plus stricts liés au COVID. Le Canada a accordé le statut de résident permanent à 180 000 candidats en 2020, bien en deçà de l'objectif de 381 000 - et la plupart des nouveaux résidents permanents étaient déjà dans le pays avec des visas d'étudiant ou de travail.

« Un troisième facteur sinistre est également à l'œuvre : le nombre de morts de la maladie elle-même. Les chercheurs prédisent que l'espérance de vie aux États-Unis a diminué d'une année complète en raison des décès dus au COVID. Les minorités raciales ont été particulièrement touchées, l'espérance de vie des Afro-Américains ayant été réduite de deux ans et celle des Latinos de trois ans. Officiellement, la pandémie est responsable de plus de 3 millions de décès – mais ce chiffre pourrait être bien plus élevé, car certains pays peuvent sous-déclarer les décès. C'est probable, par exemple, en Inde, où la pandémie fait 4 000 morts par jour ; de nombreuses autorités pensent que le nombre réel est beaucoup plus élevé ».

Les taux de natalité sont également en baisse dans les deux pays les plus peuplés du monde, la Chine et l'Inde.

Le Département chinois des statistiques a annoncé lundi que le taux de natalité du pays avait chuté à un niveau record de 7,52 naissances pour 1 000 habitants en 2021. Une chute qui intervient même si le pays a abandonné sa politique de l'enfant unique vieille de plusieurs décennies en 2016 et permet désormais aux couples d'avoir jusqu'à trois enfants. Et le taux de fécondité de l'Inde est tombé en dessous d'un niveau de remplacement clef l'année dernière, selon le Times of India.

Source : Interview avec Brad Smith

Et vous ?

Que pensez-vous des propos de Brad Smith ?
Un phénomène observable dans votre pays ?
L'industrie technologique est-elle selon vous la plus touchée ?
Quels impacts potentiels voyez-vous ?

Voir aussi :

Alphabet, maison-mère de Google, ralentira l'embauche et les investissements dès le second semestre 2022, évoquant les « perspectives économiques mondiales incertaines »
Microsoft aurait licencié des employés dans le cadre d'un ajustement structurel, de nouvelles embauches seraient prévues

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 13:15
Que pensez-vous des propos de Brad Smith ?

Que les entreprises se plaignent du manquent de nouveaux entrants sur le marché du travail, tout en licenciant parce qu'ils se préparent à une récession.
Qu'on a déjà une population sur Terre trop nombreuse et qu'on dépasse de plus en plus tôt le seuil des ressources produites annuellement sur la planète.
Qu'on n'ira pas vivre sur Mars parce que cette planète n'est pas viable (et pas seulement du au manque d'atmosphère)
Que les morts du Covid ce n'est rien face à celles dues aux famines qu'on aura dans quelques années. (L'an dernier il y a déjà eu des morts en Inde qui se sont battus pour avoir de l'eau, mais oui leur plus grand souci c'est la baisse de la natalité)
Que pour les programmeurs il y a encore énormément de 40/45+ans qui eux ne trouvent plus de nouveaux postes parce qu'ils ne sont plus assez jeunes

De nos jours, la plupart des enfants sont des enfants désirés ou planifiés, en particulier dans le monde développé. Décider d'avoir un bébé dépend de l'optimisme quant à l'avenir - et l'optimisme est difficile à avoir pendant une pandémie mondiale.
Et pendant une récession aussi...
Redonnez des gens des raisons d'être optimistes la natalité suivra. Si c'est juste faire plus d'enfants pour qu'ils doivent se battre pour avoir des miettes dans un monde en flammes pendant que ces donneurs de leçons continuent de se balader en jet privé. C'est dispensable.
6  0 
Avatar de Fagus
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 22/07/2022 à 17:18
Pardon, mais j'ai du mal à comprendre en quoi la baisse du taux de natalité pourrait être dangereux pour la "civilisation" ?...
Les USA sont à ± 2 enfants par femme depuis 1970 et vers 1,9-1,8 depuis 2010.

Pour la civilisation... je crois qu'il y a >2000 ans des cités états de taille démographique ridicule en Grèce sont arrivées à un niveau scientifique , technique, urbain pré-industriel, et ont écrit à peu près tout sur les cycles de vie des systèmes politiques dès lors jusqu'à Tocqueville, y compris ce qui nous arrive. Au début du 20e siècle avec une population terrestre de 1-2 milliards, les gens avaient déjà théorisé des choses comme la relativité générale, les réacteurs à fusion, les moteur-fusée ... Je suis au contraire plutôt rassuré pour la civilisation si la population baisse un peu, vu qu'on aura moins de conflits d'accès aux ressources à gérer.

Je suppose qu'il faut traduire la phrase de E. Musk par "on aura moins de Happy taxpayers (d'actifs pardon) pour financer le système" et "on va être obligé d'embaucher des séniors plus cher à la place des jeunes sous payés."
2  0 
Avatar de Prox_13
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 16:17
Pardon, mais j'ai du mal à comprendre en quoi la baisse du taux de natalité pourrait être dangereux pour la "civilisation" ?...

Enfin, je comprends que d'un point de commercial, c'est normal de s'inquiéter dans le sens où les ventes ne seront jamais aussi grosses qu'il y a pu y avoir pendant la période de "surpopulation". Mais de là à dire que la civilisation est en danger ? J'en attends très peu d'Elon Musk, mais je suis quand même perplexe là.

Un savant pour éclairer ma lanterne ?
1  0