IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Congrès interdit au personnel d'utiliser Copilot, le chatbot IA de Microsoft, en raison des risques de fuites de données de la Chambre vers des services cloud qu'elle n'a pas approuvés

Le , par Stéphane le calme

9PARTAGES

4  0 
Le Congrès américain a imposé une interdiction stricte sur l’utilisation par les collaborateurs du chatbot IA de Microsoft, Copilot. Selon le Bureau du chef de l’administration de la Chambre, l’application Microsoft Copilot a été jugée risquée pour les utilisateurs en raison de la menace de fuite de données de la Chambre vers des services cloud non approuvés. Cette décision fait suite à des préoccupations concernant la sécurité et la confidentialité des données.

La Chambre des représentants des États-Unis (en anglais : United States House of Representatives) compose, avec le Sénat, le Congrès des États-Unis et forme à ce titre l'un des deux organes du pouvoir législatif américain. Elle représente les citoyens au sein de l'Union et constitue la chambre basse du congrès fédéral.

« L'application Microsoft Copilot a été considérée par l'Office of Cybersecurity comme un risque pour les utilisateurs en raison de la menace de fuite des données de la Chambre vers des services cloud non approuvés par la Chambre », a déclaré Catherine Szpindor, directrice administrative de la Chambre.

La Chambre des représentants a fait état de préoccupations similaires lorsqu'elle a restreint l'utilisation de ChatGPT dans les bureaux du Congrès l'année dernière et a déclaré qu'aucun chatbot autre que ChatGPT n'était encore autorisé.

Pour mémoire, en avril, le House Digital Services (le service numérique de la Chambre des représentants des États-Unis) a créé un groupe de travail sur l'IA pour que le personnel teste et partage de nouveaux outils d'IA dans l'environnement de bureau du Congrès et maintenant le service numérique de la Chambre des représentants a obtenu 40 licences pour ChatGPT Plus.

Les 40 licences ont été attribuées selon le principe du premier arrivé, premier servi. Le House Digital Services devait payer le plan d'abonnement de 20 $/mois par bureau pour une durée indéterminée, selon le responsable. Les détails sur les bureaux du Congrès qui ont reçu les licences ChatGPT Plus étaient alors anonymes.

« Souvent, les membres expérimentent des choses, de nouveaux outils, à leur manière et nous voulons simplement être au courant de cela. Nous voulons aider à faciliter cette expérimentation », a déclaré le responsable. Et d'ajouter : « il y a tellement de cas d'utilisation différents pour ChatGPT, mais ce que nous avons entendu est en tête de liste pour les bureaux du Congrès, c'est la création et la synthèse de contenu ».

Il a expliqué que le chatbot ne pourrait pas fonctionner sur le serveur interne de la Chambre des représentants, qui dispose d'un pare-feu qui le bloquera. Il a également été conseillé au personnel de ne pas utiliser l'outil pour exécuter des requêtes à l'aide de données du Congrès ou d'autres informations internes sensibles. De plus, l'outil OpenAI ne peut pas être utilisé pour télécharger du code sur des appareils du Congrès, mais peut être utilisé dans un navigateur Web ou une interface de programmation d'application (API) pour les requêtes.

Selon un e-mail interne du groupe de travail sur l'IA datant de cette période, l'outil d'IA devrait être utilisé pour de nombreuses tâches quotidiennes et responsabilités clefs au sein des bureaux du Congrès, telles que : générer des brouillons de réponses des électeurs et des documents de presse ; résumer de grandes quantités de texte dans les discours ; rédiger des documents d'orientation ou même des projets de loi ; créer de nouveaux logos ou éléments graphiques pour les ressources de bureau de marque et plus encore.


Microsoft prévoit des outils d'IA spécifiques aux gouvernements

En réponse à ces préoccupations en matière de sécurité, Microsoft a annoncé son intention de lancer cet été une série d'outils spécialement conçus pour une utilisation gouvernementale.

Ces outils sont destinés à répondre aux besoins du Congrès en matière de sécurité.

« Nous reconnaissons que les utilisateurs gouvernementaux ont des exigences plus élevées en matière de sécurité des données. C'est pourquoi nous avons annoncé une feuille de route d'outils Microsoft AI, comme Copilot, qui répondent aux exigences de sécurité et de conformité du gouvernement fédéral et que nous avons l'intention de livrer plus tard cette année », a déclaré un porte-parole de Microsoft.

Le bureau de Szpindor a précisé que sa directive de bannir Copilot ne s'appliquait qu'à sa version commerciale. La version gouvernementale sera évaluée une fois que Microsoft l'aura proposée et une décision sera prise en conséquence.

Copilot, basé sur la technologie du créateur de ChatGPT, OpenAI, est un assistant génératif d’intelligence artificielle. Microsoft a publié des versions gratuites et payantes du logiciel, ainsi que diverses options payantes pour les entreprises. Il fonctionne comme un chatbot autonome pour le Web et les appareils mobiles, et les versions payantes peuvent également fonctionner directement au sein des applications Office telles que Word, Excel, Outlook et PowerPoint.

Conclusion

La décision du Congrès reflète les préoccupations que de nombreuses entreprises ont rencontrées, avec de nombreuses entreprises bloquant l’accès aux chatbots grand public comme ChatGPT par crainte de fuites de données. De nombreuses entreprises optent pour des versions professionnelles qui garantissent que les données ne seront pas utilisées pour former des modèles futurs, mais cela ouvre également le risque de fuites de données.

Cette démarche s'inscrit dans le cadre d'une initiative plus large du gouvernement fédéral visant à réglementer son utilisation interne de la technologie de l'IA et à élaborer simultanément des règles pour ce secteur en pleine évolution.

Source : Congrès américain

Et vous ?

Pensez-vous que l’interdiction de Copilot est justifiée ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
Quelles mesures supplémentaires devrait prendre le Congrès pour protéger les données sensibles ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !